Une Vieille Maitresse – de Catherine Breillat

UNE VIEILLE MAITRESSE
Un film de Catherine Breillat
Avec Asia Argento, Fu’ad Ait Aattou, Roxane Mesquida …

Synopsis
Paris, 1835… Comme pour conjurer les soubresauts de l’époque, la noblesse se pique au jeu des Liaisons dangereuses (un demi-siècle après la publication du roman épistolaire de Choderlos de Laclos), feignant de se croire encore au siècle des Lumières. La Marquise de Flers ( Claude Sarraute ), décide de marier sa petite fille, fleuron de l’aristocratie française, avec Ryno de Marigny ( Fu’Ad Ait Aattou ), une sorte de Valmont romantique. Mais ce que tout le monde ignore, c’est que ce Don Juan, impénitent, est depuis dix ans l’amant et la proie d’une courtisane scandaleuse, démon de la séduction, fille naturelle d’une duchesse et d’un toréro, Vellini ( Asia Argento ) .

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
“.La satisfaction que l’on tirera d’Une vieille maîtresse dépendra donc du crédit que l’on fera à Asia Argento. Or l’actrice trouve ici un rôle à la mesure d’un talent sans cesse plus complexe…” Le Monde.Fr

Oui pour Asia Argento…oui pour Fu’Ad Ait Aattou excellent dans ce premier role. Oui à son
cheminement têtu, de la séduction à la difficile conquête de Vellini. Il manque en mourir avant qu’elle ne lui cède où plutôt l’enchaine et l’entraine ?
Vient alors la passion, puis enfin l’amour et haine entre deux étres liés par la folie du corps et aussi une blessure terrible et ancienne.
La séparation marque un essoufflement dans le cours du film, jusqu’au final presque inutile.
Du moins c’était là mon premier sentiment et puis alors que je suis sorti de la salle avec une appréciation plus que mitigée, ce sont deux, trois images et idées qui s’éveillent en moi. Et là je reconnais une part de cette magie qui habite certains réalisateurs.
Ici ce sont ces portraits de femme qui me reviennent. La Marquise de Flers qui récolte tout le vécu (et nous de même) de Ryno de Marigny et s’en délecte. L’épouse qui finira trahie et surtout l’amante tant aimée, sereinement et follement jusqu’à cet accident du destin( là je vous laisse le découvrir..). Cette chose terrible, aimant attractif et répulsif ensuite entre nos deux amants .

Fu’Ad Ait Aattou est le lien entre ces femmes et le récit. Etrange impression, je ne comprends les subtilités du film qu’après coup ! Trop obnubilé par mon coté mec faut croire, il m’aura fallu un moment pour tomber les oeillères !
Excessif.Com “..Breillat démontre au final qu’elle parle aussi bien du cœur que du sexe. Une première ? Non. Mais rarement a-t-elle fait preuve d’un vrai dosage dans les émotions….”
aVoir-alire.Com“..Catherine Breillat signe (enfin) le film qu’on n’espérait plus d’elle…”

@import url(http://medias.lemonde.fr/mmpub/css/blog.css);

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s