4 Mois, 3 Semaines, 2 Jours – Un film de Cristian Mungiu

Palme d’Or Cannes 2007

4 mois, 3 semaines, 2 jours
Titre original : 4 Luni, 3 Saptamini Si 2 Zile

Un film de Cristian Mungiu (Roumanie )
Avec Anamaria Marinca , Laura Vasiliu,
Vlad Ivanov…
Résumé
1987, Roumanie, quelques années avant la chute du communisme. Ottila ( Anamaria Marinca )et Gabita ( Laura Vasiliu ) partagent une chambre dans la cité universitaire d’une petite ville. Gabita est enceinte et l’avortement est un crime. Les deux jeunes femmes font donc appel à un certain M. Bébé ( Vlad Ivanov ) pour résoudre le problème. Mais elles n’étaient pas préparées à une telle épreuve.
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Une chambre universitaire meublée de bric et de broc, respirant la privation. Privé de couleurs, les lieux sont tristes, austères plutôt, car le sentiment d’entraide et de débrouillardise qui se dégage du reste laisse entrevoir une notion de chaleur.
Ici au sein des chambres universitaires règne un esprit communautaire, pour un bout de savon, un shampoing partagé… Le marché parallèle permet de s’approvisionner du strict superflu et fait parti du quotidien, pas d’exploitation véritable..mais une entraide qui se monnaye.

Mais quand le service demandé relève d’un tout autre niveau. Quand les risques encourus sont passibles de prison et de lourdes peines, l’enjeu est tout autre. Et se monnaye tout autrement !
Gabita ( Laura Vasiliu ) jeune étudiante doit avorter, le temps presse, cela est illégal, dans la confidence Otilia (Anamaria Marinca ) sa compagne et amie de chambrée l’accompagne dans les différentes épreuves . De la prise de contact, à la réservation de la chambre d’hôtel où doit se dérouler l’intervention c’est sur elle en fait que reposera tout le poids des démarches. Heureusement Otilia est une fille au caractère affirmé, qui pour son amie consentira énergie et sacrifice, jusqu’à un point presque inimaginable…mais ce point je vous laisse le découvrir par vous même..
En fait la combativité d’ Otilia doit gommer toutes les imperfections que Gabita a laissées en suspends. Gabita a, on le devine plus ou moins , caché certains coté du marché conclus avec le ” faiseur d’anges “. Ces deux jours seront pour elle une véritable course, à laquelle la caméra colle nous entrainant dans une notion de suspense car le danger peut aussi bien venir de la clandestinité de l’acte pratiqué que des conditions périlleuses pouvant en résulter.
J’ai beaucoup aimé la façon de filmer caméra au corps pour la nervosité, des plans fixes pour les scènes d’intérieur, une certaine façon de jouer avec l’éclairage, la tension accompagnant les zones sombres jouant avec l’obscurité. A souligner car rarissime, l’absence totale de musique, aucune bande son, comme pour mieux souligner l’austérité ambiante!
Des deux actrices, Laura Vasiliu ( la brune !) incarnant Gabita, faussement fragile immature peut-etre, se reposant sur la force et la détermination d’Otilia remarquablement interprétée par Anamaria Marinca ( la blonde !) . J’ai songé à une maxime ou un proverbe lu je ne sais plus très bien quand, ni quels en étaient exactement les termes, “Un véritable ami vous soutient même s’il sait que vous avez tort..” …
Voila ce qui m’a le plus touché cette preuve d’amitié d’ Otilia, ainsi que sa combativité. Elle ressortira de cette épreuve marquée mais encore plus émancipée et indépendante. La scène du repas au sein de la famille de son copain est riche d’enseignement .Son personnage m’a fait songer à certains rôles d ‘Isabelle Huppert. Sa solidité de femme sans doute.
J’ai entendu ici ou là le terme polémique, en cause l’avortement et une ou deux images peut-être trop fortes. Je ne peux que donner mon opinion propre, celle qui consiste à soutenir toutes les libertés, celle de donner ou non la vie, liberté aussi d’être aidée, épaulée dans ces moments, ces décisions difficiles.
Enfin éducation et transparence, pour ne plus revoir ces pratiques clandestines et dangereuses. Et si l’histoire de ” 4 mois, 3 semaines, 2 jours ” se déroule en 87 dans un pays alors cadenassé, n’oublions pas ce que nous ne voyons pas et dont parfois quelques vagues terribles et douloureuses nous parviennent…comme ces grossesses masquées et tragiques, ici en France …Actualités difficiles pour preuves !

Libération.Fr “..Cinéaste, il préfère maintenir les yeux ouverts…” et lire aussi ICI ” ..pourra être diffusé dans les collèges et lycées…”

Excessif.Com “..L’intensité et la rigueur extrême de ce film impressionnant, jamais aimable, toujours brillant, étreignent du premier au dernier plan….”

@import url(http://medias.lemonde.fr/mmpub/css/blog.css);

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s