La Visite De La Fanfare – Un film de Eran Kolirin


LA VISITE DE LA FANFARE
Film israélien d’Eran Kolirin
Avec Sasson Gabai, Ronit Elkabetz, Saleh Bakri, Khalifa Natour….
Cannes 2007
Prix de la critique Internationale
Prix de la Jeuness
Coup de Coeur d’Un Certain Regard

Un jour, il n’y a pas si longtemps, une petite fanfare de la police égyptienne vint en Israël. Elle était venue pour jouer lors de la cérémonie d’inauguration d’un centre culturel arabe. Seulement à cause de la bureaucratie, d’un manque de chance ou de tout autre concours de circonstance, personne ne vint les accueillir à l’aéroport. Ils tentèrent alors de se débrouiller seuls, pour finalement se retrouver au fin fond du désert israélien dans une petite ville oubliée du monde. Un groupe de musiciens perdu au beau milieu d’une ville perdue. Peu de gens s’en souviennent, cette histoire semblait sans importance…

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Et dire qu’ils auraient pu ne pas s’égarer, et par la même nous priver de cette magnifique histoire. Histoire, ho il ne se passe en fait que peu de choses. Rien que de très ordinaires rencontres, des instantanés où parfois l’objectif reste ouvert, sur le mode pause, saisissant la grâce et la fragilité d’un instant. Des chemins se croisent, gêne d’un instant face à l’autre, observation, on ravale sa salive puis un éclair, une étincelle le courant passe et nous emporte nous spectateur. Usant de la force émanant du couple principal de cette histoire mais aussi d’une bonne dose d’humour, ha la difficulté d’une première rencontre. ..quand on n’ose pas et la magie du subterfuge utilisé vous accrochera un sourire au visage, j’en suis certain.


La force de ce film magnifique, tient aussi dans sa réalisation, une camera lente, qui s’attarde sur les hommes et les femmes. Car hormis cela ici il n’y a rien, un bout de désert et ces immeubles. Heureusement derrière tout cela il y a l’homme, l’être humain. Magnifiquement incarné par Ronit Elkabetz (Dina) trop heureuse d’accueillir en son humble resto la troupe démunie, elle est généreuse Dina et sa voix et sa gouaille porte fort, ajoutons à cela un sens de l’humour certain et nous avons là un personnage plus que sympathique, en face Sasson Gabai (Tewfiq) le chef sérieux retranché derrière sa mission et ses moustaches. Le temps d’une soirée, d’une nuit, oui presque une vie, peut-être ..ici loin de tout! Le temps s’égrène lentement dans le sablier du désert !
Allez je n’en dis pas plus, ici pas de suspense mais il suffit d’humer (aimer?) l’air du temps.
Rien que de très ordinaire donc prodigieusement vrai et humain..
kilucru plus que ravi, enchanté par la petite musique de cette fanfare là!
Telerama.Fr “…Tout repose sur un art du minimalisme qu’Eran Kolirin maîtrise à merveille, saisissant sans jamais insister des regards timides, des gestes inachevés, des soupirs d’embarras…”
Avoir-Alire.Com “..La visite de la fanfare est en effet un petit bijou d’humanité : très drôle, enjoué, mais aussi fragile … Détournez-vous donc des grands complexes et de leurs stands à pop-corn le temps d’une projection et vous verrez que le voyage en vaut la chandelle…”
Excessif.Com “..Sans morale gnangnan, juste des non-dits qui en disent beaucoup. ..”
CommeAuCinema.Com “..Une vraie leçon d’humanité à ne pas manquer. ..”

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s