PARIS – Un film de Cédric Klapisch

PARIS
Un film de Cédric Klapisch

Avec Albert Dupontel, Juliette Binoche, Romain Duris, Fabrice Luchini, François Cluzet, Karin Viard, Mélanie Laurent, Gilles Lellouche, Zinedine Soualem ..

Synopsis

Un Parisien malade croyant qu’il va mourir pose un regard neuf sur la ville et ses habitants : Paris et ses mystères, Paris et ses malheurs, Paris et ses bonheurs, Paris et ses lumières.
Au travers du chassé-croisé de huit destins (une assistante sociale, une mannequin, un clandestin camerounais, une boulangère, un SDF, un prof de fac, un architecte, un danseur), le malade prend conscience de la beauté de la ville et de la beauté de la vie.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Paris, quelques jours plus tard que m’en reste-il ? L’image d’un duo Juliette Binoche, qui toujours me fait chavirer le cœur, et Romain Duris, en malade du cœur lui qui en a fait chavirer plus d’un dans sa déjà conséquente filmographie.

Binoche, Duris, frère et sœur réfugiés sur les toits de Paris, et un portrait qui plus que tout autre subsiste dans mon esprit, celui d’une vieille retrouvaille, Renée Le Calm la petite dame de « Chacun cherche son chat » déjà du même Klapisch. La gouaille parisienne en bannière, juste à l’écran pour quelques secondes au pied d’un ascenseur en rade.

Là haut de son balcon, Duris face à la mort, observe, sa sœur, le monde. Cette étudiante, Mélanie Laurent qui se laissera séduire le temps de deux chansons par un Fabrice Luchini, prof déphasé par la mort de son père, par l’abime d’incompréhension qui le sépare de son propre frère, François Cluzet, architecte futuriste et carré.
Cette boulangère, Karin Viard, odieuse, sourire dégoulinant, pas raciste juste colonialiste. Coté commerce y a aussi les marchés, s’y croisent Albert Dupontel et ses amis des Halles. Et bien d’autres encore, les vendeurs des quatre saisons, toute une petite troupe.
La vie des halles la nuit, Paris la nuit, là encore jouir pour échapper à la mort, celle qui un peu plus tôt a frappé…
La mort celle qui prévient, s’annonce doucement, ou alors celle qui surprend mais aussi celle qui affole, remet en question puis s’éloigne. ..demain peut-être…
Couché dans le taxi, les nuages défilent, au bout la lumière. ..ou le black-out c’est selon !
Que dire de plus, j’ai passé un agréable moment, une escapade into Paris , rencontré des gens formidables, quel casting. ..Et là je suis obligé de sourire, allez savoir pourquoi !
Paris, que voulais tu me dire ? Qu’il faut vivre, sinon je cherche encore !!

Paris – Site Officiel – Beautifull !
CommeAuCinéma.Com “..livre un très joli film choral ayant pour cadre la ville lumière…”
Excessif.Com “..Paris réunit en effet tous les éléments d’une oeuvre ébauchée, sans véritable aboutissement ni conclusions. ..”
L’Avis de Lo “..plutôt en pleurant à chaudes larmes…”
Voilou, Concernant l’épreuve que traverse le personnage de Romain Duris, un film extraordinaire m’est revenu en mémoire ” le Temps qui reste” de François Ozon…et une approche totalement differente.
Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s