Sous Les Bombes – Un film de Philippe Aractingi

Sous Les Bombes
Un film de Philippe Aractingi

avec Nada Abou Farhat , Georges Khabbaz , Bshara Atallay , Rawia Elchab …

Sous Les Bombes (à lire !)
Petit point sur les méthodes de travail
Conçu dans l’urgence….(Philippe Aractingi)

Synopsis : Le lendemain de cessez-le-feu qui a stoppé l’intervention menée par Tsahal contre le Hezbollah à l’été 2006 au Liban, Zeina (Nada Abou Farhat) parvient à Beyrouth. Elle veut rejoindre le sud du pays afin de retrouver son fils. La région est sinistrée et les routes sont pour la plupart impraticables, démantelées ou truffées de mines. Tony (Georges Khabbaz) est le seul chauffeur de taxi à accepter de la conduire là-bas, en échange d’un émolument considérable. Sans nouvelle de son fils, Zeina commence son voyage, dominée par l’appréhension et l’angoisse.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Nous sommes effectivement comme les deux acteurs plongés au cœur de l’action. Pour eux commence une quête effrénée à la recherche de l’enfant. Dans un pays de nouveau meurtri, détruit. Elle pense n’avoir que peu besoin de lui, il voit en elle une aubaine financière. Peu à peu, alors que les difficultés s’accumulent, ils vont se tourner l’un vers l’autre, ce pays n’est il pas le leur ! ils ont besoin l’un de l’autre, pour avancer vers une éventuelle conclusion.
Le talent de la réalisation est ici de nous immerger dans une réalité, la tension du lendemain de guerre y est toujours forte, on recense les morts quitte à devoir les déterrer, dans sa recherche notre duo essaye plusieurs pistes, emprunte des chemins détournés ..pour parfois devoir rebrousser chemin, ponts et axes étant détruits !
Pendant ce temps Zeina et Toni se découvrent, et redécouvrent aussi leur pays, certaines images qu’ils avaient voulu effacer leur reviennent, souvenirs ou éternelle situation de conflit, images de douceur aussi malgré tout !


Voila j’étais hésitant, encore un film sur un conflit…, mais ce témoignage, la caméra à l’épaule comme un simple observateur, dans ces quelques jours d’accalmie, alors que s’annoncent les forces de la FINUL est nécessaire. Nous y convier par ce road-movie effectué par nos acteurs superbes de justesse, le meilleur moyen de nous dire que malgré la guerre, cette machine aveugle et idiote, la vie continue, nous laissant certes blessés. .. dans le meilleur des cas !

Site Officiel

CommeAuCinema.Com “.. Ce n’est pas un film qui prend parti pour un camp ou un autre. Mais pour dire la souffrance des innocents … …”

Ecrans de Libération “.. le cinéaste précise  : « La réalité était infiniment plus dramatique que n’importe quelle fiction que j’aurais pu inventer… Nous écrivions sur place et tournions directement. Je n’avais pas à mettre mes acteurs “en situation”, nous l’étions déjà… Il fallait être juste par rapport à la situation, rester sincère. En fait, nous n’étions pas en train de faire ce film, mais de le vivre. »..”
Arte.Fr “..le cheminement est conditionné par les ponts détruits, les axes coupés, les hôtels et stations service exsangues, enfin la rencontre des troupes de la Finul, des civils hagards ou résolus. Selon le réalisateur, il s’agit de filmer avec et non pas contres les évènements…”

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s