Gomorra – Un film de Matteo Garrone

Gomorra

Un film de Matteo Garrone
Avec Toni Servillo, Gianfelice Imparato, Maria Nazionale…

Grand Prix du Festival de Cannes 2008.

Synopsis

Le pouvoir, l’argent et le sang. Telles sont les « valeurs » avec lesquelles les habitants de la province de Naples et de Caserte doivent se confronter chaque jour.
Ici, les gens n’ont pas le choix, ils sont forcés d’obéir aux règles du Système, la Camorra, et il faut avoir une sacrée chance pour pouvoir seulement penser à mener une vie « normale ».

“..Gomorra s’inspire du best-seller homonyme écrit par le journaliste Roberto Saviano sur la Camorra napolitaine qui lui a valu d’être placé sous protection policière permanente, tant les événements qu’il y décrit sont conformes à une réalité que l’Italie a toujours refusé d’admettre..”

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Le lieu, voici ce qui frappe avant tout, ce gigantesque « paquebot » de béton, ses galeries, couloirs, balcons et terrasses, une » barre HLM » napolitaine.
Un endroit où quasiment tous ont un lien avec la camorra napolitaine. Qu’il s’agissent des dealers locaux, des veilleurs qu’ils emploient, c’est dans ce panier de crabes que nous allons suivre le destin d’un gamin fasciné et ses premiers contacts avec le milieu, son épreuve de passage pour intégrer le gang, nous croiserons aussi le personnage chargé de tenir les comptes et de verser les indemnités mensuelles, aux familles dont un membre git, soit derrière les barreaux, soit six pieds sous terre, nous suivrons aussi les mésaventures d’un tailleur doué et son exploitation par la famille.
Enfin au milieu de tout cela, deux jeunes chiens fous, qui refusent le système, deux arsouilleurs qui ayant mis la main sur une cache d’arme et de l’artillerie lourde ne se sentent plus de limites.
Et comme pour nous rappeler qu’il existe aussi une voyoucratie en col blanc nous suivrons deux hommes d’affaires chargés de régler le problème du stockage des matières toxiques, le meurtre en douceur sur le long terme en fait.
Voila cela dure un peu plus de deux heures, ce n’est pas lassant mais bon ce livre devait être très instructif pour qui s’intéresse à Naples et la camorra, pour le reste voila un film de plus sur la « mafia » en général.
Excessif.Com “…Gomorra doit évidemment son titre à Gomorrhe, la cité du péché évoquée par la Bible, où prévaut le droit du plus fort et où personne n’est à l’abri d’un règlement de comptes ni même d’une balle perdue. Le regard le plus significatif que pose le film sur cet enfer interlope est celui d’un gamin chargé de livrer des vivres qui traverse ce décor de désillusions où le deal se pratique à ciel ouvert et où le moindre mouvement est suspect, comme s’il ne le voyait pas. Garrone souligne à travers ce personnage sur le point de perdre son innocence combien cette société là est régie par un fonctionnement spécifique et repose sur une omerta tacite qui est devenue endémique, le linge sale napolitain se lavant en famille. Au point qu’on ne voit qu’une fois les carabiniers faire irruption dans ce monde clos avec le renfort dérisoire de la police scientifique. Comme pour préserver les apparences auprès des médias…”
CommeAuCinema.Com “..le film de Matteo Garrone plonge le spectateur dans l’enfer de la mafia italienne d’aujourd’hui. L’objet d’étude : la Camorra, basée à Naples et connue pour le nombre de ses victimes. L’axe : suivre quelques individus qui gravitent autour de cette organisation, dans un style proche du documentaire…”

Advertisements

4 thoughts on “Gomorra – Un film de Matteo Garrone

  1. aH oui, si je n’avais fait que te lire, je n’y serais sans doute pas allée…J’ai trouvé que c’était autre chose qu’un film sur la mafia justement… car on côtoie surtout ceux qui font le sale boulot et ne s’en sortent pas.Effrayant et pas exotique comme d’habitude.

  2. ha, quelque chose me dérange dés que l’on parle du milieu, mafia sicilienne ou camorra napolitaine, truands de France ou d’ailleurs..le livre à certainement plus de valeur que ce film ci…même dérangement pour le film “A Very British Ganster”, on touche toujours à un certain monde de l’ombre et du silence…paradoxalement…et voilà ce qui me gène..ne suis je pas moi spectateur, sous pretexte de “Vérité” manipulé..Hum !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s