Quatre Nuits Avec Anna – De Jerzy Skolimowski

QUATRE NUITS AVEC ANNA
Un film de Jerzy Skolimowski

Avec Artur Steranko, Kinga Preis, Redbad Klynstra, Jerzy Fedorowicz , Malgorzata Buczkowska …
Titre Original – Cztery Noce Z Anna (Pologne)

Synopsis
Dans une petite ville en Pologne, Léon Okrasa est employé dans un hôpital. Il a, dans le passé, été témoin d’un viol brutal. La victime, Anna, est une jeune infirmière qui travaille dans le même hôpital. Léon passe son temps à espionner Anna, à la guetter de jour comme de nuit. Cela devient une véritable obsession…

Un soir, il finit par s’introduire dans l’appartement d’Anna par la fenêtre qu’elle laisse entrouverte. Alors, Léon s’installe sur son lit, l’observe dans son sommeil, s’imprègne de son univers. Où s’arrêtera t-il ?

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Une lumière pauvre, tantôt crue, parfois diffusée avec parcimonie, des lieux semblant appartenir à une époque révolue, des lieux tristes et sombres, presque sales comme le sont les ongles endeuillés de Léon.
Quatre nuits, du fantasme, les heures passées à l’épier à la longue vue, à la réalité, pour partager un peu de la vie de celle qui malgré elle a fait irruption dans son existence, a bouleversé son quotidien, son passé aussi, il va à son tour pénétrer la sienne, patiemment, passionnément, obsessionnellement !
La mise en scène très fluide va par de multiple retour en arrière, non pas des flash-backs, les séquences arrivent ainsi c’est à nous de les replacer assez facilement dans le contexte. Des sauts de puces dans un proche passé, démonter toute la mécanique de la relation, si on peut appeler cela ainsi, qui unit en quelque sorte Anna et Léon.
Nous naviguons dans des tons ocres et sombres, les couleurs éclatantes ne proviennent que de la fenêtre d’Anna, comme Léon nous assistons à ses rapides ablutions du soir et séquences plus colorées, sa soirée d’anniversaire.
Jerzy Skolimowski nous rassure assez vite quand aux intentions de Léon , il laisse quand même planer une vague d’inquiétude, l’incinérateur, cette main dont on ne sait trop d’où elle provient, autres lieux, un cadavre de bétail flottant sur les eaux sales, les ruelles misérables du village, l’impression générale est parfois pesante et oppressante. C’est à la faveur de la nuit , quand il réunit Anna, inconsciente et Léon « chevalier au service de la belle au bois dormant » qu’il entrouvre les portes d’un monde rêvé de tendresse, de détresse et d’ignorance, pauvre Léon ..à moins qu’il ne soit tout simplement plus riche, d’un rêve. ..de Quatre Nuits ! Un souvenir, de quoi peupler sa solitude !
Voilou un film d’un auteur que je ne connaissais absolument pas, un univers au teint malade, de solitude, d’un passé encore trop présent ?
A découvrir , j’ai aimé !
Excessif.Com “..Il suffit d’une scène … frôle le sein de celle qu’il aime mais n’en profitera pas. Il se contentera de lui recoudre le bouton de sa chemise de nuit. Tel un locataire (celui de Kim Ki-Duk), il s’occupe d’elle, peint ses ongles, range sa maison, pendant qu’elle profite de ce sommeil réparateur. Il ne se passera rien entre eux. Mais leurs nuits – platoniques, innocentes, apaisées – sont plus belles que leurs jours..”
CritiKat.Com “..on le retrouve aujourd’hui dans un récit traitant une nouvelle fois de l’impossibilité de communiquer les émotions et les sensations, censurés par de multiples instances, aussi bien individuelles que sociales. La situation prend place dans un village anonyme, perdu dans une campagne qu’on n’identifie que par son aspect lugubre et monotone…”

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s