Contes de l’âge d’or – (Amintiri din epoca de aur, Roumanie)

Contes de l’âge d’or

(Amintiri din epoca de aur, Roumanie, 2009)

Réalisation de

Hanno Höfer, Răzvan Mărculescu, Cristian Mungiu, Constantin Popescu, Ioana Uricaru

Scénario de
Cristian Mungiu

Avec Emanuel Parvu (l’inspecteur du Parti dans La Légende de la visite officielle), Călin Chirilă (l’activiste de La Légende de l’activiste zélé), Ion Sapdaru (le policier de La Légende du policier avide), Paul Dunca (l’assistant du photographe de La Légende du policier avide)

Synopsis

Inspirés de “légendes urbaines” qui circulaient dans la Roumanie communiste, et que les Roumains se racontaient en riant quand ils étaient sûrs qu’aucun agent de la Securitate ne pouvait les entendre : comment un petit bourg se mit en quatre pour accueillir un cortège de dignitaires (La Légende de la visite officielle) ; comment un membre du Parti partit vaillamment combattre l’analphabétisme dans un village de montagne (La Légende de l’activiste zélé) ; comment une famille de Bucarest tua un cochon dans sa cuisine (La Légende du policier avide) ; comment le quotidien du Parti, Scinteia, dut retoucher en catastrophe une photo du dictateur Ceauşescu, pour ne pas le montrer tête nue aux côtés d’un suppôt du capitalisme (Valéry Giscard d’Estaing !) dûment chapeauté (La Légende du photographe officiel).(Source CritiKat.Com )

La Légende de la visite officielle
La Légende de l’activiste zélé
La Légende du policier avide
La Légende du photographe officiel

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Contes de l’âge d’or
Sur un scénario de Cristian Mungiu (réalisateur de « 4 mois, 3 semaines, 2 jours » ,Palme d’Or à Cannes 2007) quatre cinéastes roumains nous emmènent dans la Roumanie de Ceausescu, pour dresser quatre tableaux à la fois précis et convaincants mais également de par leur vérité même tirant parfois jusqu’à l’absurde. du sérieux d’une situation gravissime sinon importante découle alors un humour irrésistible, véritable soupape de sureté quand on a le malheur de vivre sous un joug..Ici le communisme allié au culte de la personnalité du Tiran Ceausescu.
La Légende de la visite officielle ” ou comment la précipitation et le stress , l’attente finalement inutile mène à une fiesta inopinée et un épisode de « tournez manège » du plus drôle, règne comme un petit parfum de Kusturica même ici en Roumanie. Vient ensuite” La Légende de l’activiste zélé ” où comment un petit fonctionnaire se voit porté par une mission quasi divine, si l’on accepte le fait que dieu soit communiste bien sur, bref porter jusque dans les campagnes les plus reculées l’alphabétisation, heureusement il est motivé et goutera au charme des produits locaux avant d’écourter sa mission . Fonctionnaire toujours, police et marché noir, où comment un cochon se révèle difficile à plumer, hilarant ce troisième volet, la Légende du policier! Tout comme ce dernier volet images d’archives à l’appui, on y voit Giscard en visite officielle et l’organe officiel du parti, se démener pour titrer en première page, photos à l’appui à l’occasion de ce « grand » événement, succulent, La Légende du photographe officiel.
Car ce qui unis ces quatre opus, rendant la chose très homogène, tient à l’humour une douce ironie jamais méchante mais cependant bien présente. Une manière de se libérer, d’évacuer le trop pesant d’un régime..et oui totalitaire et oppressant !
Réussir cet exercice difficile qu’est le film à sketchs n’est pas chose aisée. Il faut imprimer un rythme à l’ensemble tout en préservant l’individualité de chaque numéro, Il faut glisser de l’un à l’autre avec aisance et fluidité, Les Contes de l’âge d’or réussissent tout cela, sans doute car portés par une histoire et un proche passé intense, douloureux comme une propension à partager le peu de joie et de folie restant !
Faire de ces quatre farces une œuvre quasi-totale bravo ! Une suite est attendue, nous la guetterons avec impatience !
Excessif.Com “…les presque deux heures de cet ensemble disparate affiche une rare constance et plus encore, une belle complémentarité. Ainsi, réussissant là où d’autres ont échoué, Les Contes de l’âge d’or brille d’un humour renouvelé et d’une capacité à faire ressortir sous des dehors amusés et tordants, la situation d’un pays condamné à subir pauvreté et répression…”
CritiKat.Com “…la Roumanie envoie régulièrement de ses nouvelles aux cinéphiles français. On a un temps craint l’effet de mode, mais film après film, cette « vague roumaine » a prouvé qu’elle savait se renouveler, stylistiquement et thématiquement, sans perdre pour autant sa capacité à manier un humour très noir (mais non dénué de tendresse). Ce que confirme aujourd’hui ces Contes de l’âge d’or, suite de saynètes écrites et produites par Cristian Mungiu, dont les 4 mois, 3 semaines, 2 jours avaient reçu en 2007 une Palme d’or méritée au festival de Cannes…”
Le Monde.Fr – “Contes de l’âge d’or” : la folie du régime de Ceausescu en quatre histoires

Advertisements

5 thoughts on “Contes de l’âge d’or – (Amintiri din epoca de aur, Roumanie)

  1. J'avoue, j'ai bien ri… De les voir tous tournés sur leur manège, le cinéma entier était hilare et je soupçonne les 4 premiers rangs d'avoir été remplis d'exilés… Bon, à toi de rire, t'es linké ! http://fredmjgblogueandbulle.blogspot.com/2010/01/et-pour-une-compilation-de-plus-10.htmlChose promise, vient le temps de la torture… Allez, une petite liste sympathique de concerts ou de pages myspace à visiter… juste pour tes z'amis lecteurs… Tu peux même venir te gausser de mon topito !

  2. Okay je te fais un post special zique ce week-end…tu sais ce que j'écoute beaucoup ces temps-ci des trucs à relents psychédélique à bloc et le velvelt qui toirne en boucle aussi j'ai mes périodes..;Je voulais aller voir The XX but too late, plus de place, de rage j'ai pris une place pour "L'homme à la tete de choux" en mars au theatre, j'ai des réactions zarbis parfois …Gainsbar, relooké Baschung, chorégraphie et mise en scène de Jean-Claude Gallotta..je ne vais pour ainsi dire jamais au théâtre..dernier truc vu "Stomp" et leurs percus originales et variées !

  3. Je l'ai vu ce week-end avec un peu plus d'un mois de retard sur sa sortie, et je suis bien content d'y être finalment allé.Comme tu le soulignes bien, le brio de l'ensemble tient à cette ironie corrosive ou parfois même à un humour purement bon enfant qui établit une distance vis-à-vis des faits dépeints. De temps à autre, la dureté du quotidien de ces roumains de la fin des 80's nous est rappelée sans détour ("Il ne sait pas ce que c'est que de vivre avec sa valise constamment prête, cachée sous son lit" dit un personnage du dernier sketch), en un pic de noirceur dérangeant…

  4. Oui un excellent souvenir que cette œuvre en quatre volets pourtant très homogène !Cristian Mungiu confirme !Sinon vivement mercredi et la sortie du dernier Tony Gatlif, que tu as vu en avant-première mais je ne te lirais qu'après , je préfère arriver au cinoche les sens aiguisés et plein d'appétit, je ne lis les critiques qu'ensuite..@+ donc…

  5. J'attends tes réactions sur mon article sur LIBERTE. Autre film que j'ai vu en avant-première hier, en présence de son réalisateur Merzak Allouache : HARRAGAS qui devrait te plaire, film inégal, pas toujours juste mais en tout cas fort sur ces jeunes "harrâga", ces "brûleurs" algériens qui quittent tout pour traverser la Méditerranée sur une petite barque incertaine, en quête d'un eldorado européen…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s