Femmes du Caire – De Yousri Nasrallah

Femmes du Caire
(Ehky ya Scheherazade)
(Égypte, 2009)
Réalisation De
Yousri Nasrallah
Scénario De
Wahid Hamid

Avec Mona Zaki (Hebba), Mahmoud Hemida (Adham), Hassan El Raddad (Karim), Nahed El Sebaï (Hanaa)…

Synopsis

Femme moderne, Hebba anime un talk-show politique à succès sur les écrans égyptiens. Elle forme avec Karim, journaliste au sein d’un grand quotidien proche du pouvoir, un couple à l’apparence parfaite, jeune, beau, riche et célèbre. Son mari va pourtant la contraindre à mettre de l’eau dans son vin, car la pugnacité de l’émission d’Hebba pourrait bien l’empêcher d’obtenir une promotion. Celle-ci s’exécute, privilégiant dorénavant les faits divers féminins à la politique. Un choix qui se révèle finalement tout aussi subversif et l’amènera à s’approcher bien plus près qu’elle ne l’imaginait des femmes interviewées, victimes de la domination masculine.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

La vérité dort dans la rue, pour la réveiller, la révéler il suffit de s’y intéresser. Voici ce que va faire Hebba. Mettant de coté le volet politique de ses talk-shows pour ne pas nuire aux aspirations de son compagnon elle va s’intéresser de prés à celui de ses concitoyens ou plus exactement concitoyennes !Le déclic une réflexion, lourde de sens, lors d’une flânerie, véritable razzia sur les cosmétiques dans un grand magasin du Caire. L’invitation d’une vendeuse (très chic occidental) à visiter le dehors une fois son boulot fini, le métro bondé, les rues parfois désertes et poussiéreuses, ces regards d’autres femmes, toutes voilées et cette chevelure qu’il faudra finir par couvrir. Rien que de très normal, rien d’agressif juste une autre réalité, celle que ne connaissait pas ou avait-elle oubliée Hebba ?Cette nouvelle inspiration acquise l’animatrice ira à la rencontre des vrais gens, ceux de la vie de tous les jours ou presque. Ceux dont l’histoire n’est pas tout à fait celle de tout un chacun.
De la femme refusant toute soumission et donc tout parti aussi riche et puissant soit-il quitte à finir sa vie dans une maison de santé, à la fratrie de trois sœurs croyant avoir trouvé l’amour à la mort de leur père, modeste quincaillier, et que l’amour trahi conduira à un destin violent. Violence, oui, forcée de gré ou de force, parfois par supercherie à courber l’échine c’est dans tous les cas dans une forme d’explosion que les femmes ici présentes, de la condamnée au célibat à la condamnée pour homicide, en continuant par celle forcée à détruire la vie qu’elle engendre, voient leurs destins, leurs trois et plus encore vies se fracasser.
En face des hommes, faibles, roublards ou de véritables renards (le coureur de dot) mais il est dit que pour tous, ils ne l’emporteront pas au paradis.
Yousri Nasrallah filme sans tabou, ou si peu, se permettant même quelques audaces, les scènes entre les deux jeunes et beaux journalistes dans leur appartement High-tech, celles plus retenues entre les sœurs et l’élu de leur cœur, enfin l’avortement sans concession. Presque à la limite du trash, ainsi de la scène finale, la violence ne saurait être édulcorée semble-il nous dire. Quand on sait que toutes ses mini histoires proviennent d’une réalité à peine déformée …
Tourné tout en plan fixe, les lieux multiples s’y prêtent à merveille, restaurant, bord de plage, arrière pièce du commerce, ou cet appartement symbole de réussite, d’émancipation…moins certain ?
Le réalisateur réussit un film surprenant de par sa liberté de ton, il livre trois histoires, trois puis quatre destins de femmes et puis comment ne pas y voir une réflexion sur nos propres mauvaises habitudes, vis-à-vis des autres et aussi de la place trop importante que nous accordons aux médias !

Excessif.Com…Cet aspect théâtral et artificiel conduit hélas à maintenir une certaine distance avec le spectateur, mais donne au film une sacrée dose d’originalité. “
CritiKat.Com “…Nasrallah traite d’un sujet grave, terrible, sensible. En optant pour une comédie pétillante, en lieu et place du drame social triste et glauque attendu, le cinéaste fraye avec une forme de militantisme infiniment enthousiasmante…”
Le Monde.Fr“Femmes du Caire” : quand Schéhérazade conte la vie des Egyptiennes

Advertisements

2 thoughts on “Femmes du Caire – De Yousri Nasrallah

  1. Rebonjour, Femmes du Caire est un film assez culotté de la part de ce réalisateur égyptien en Egypte. J'ai dit aussi ce que je pense le 19/05/10. C'est un film un peu long mais qui vaut la peine. Ma séquence préférée est celle avec la dentiste. Bonne soirée.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s