Le Voyage du directeur des ressources humaines – De Eran Riklis

Le Voyage du directeur des ressources humaines
(Shlichuto Shel HaMemune Al Mashabei Enosh)
(France, Roumanie, Allemagne, Israël, 2010)

Réalisation de 
Eran Riklis
Scénario De Noah Stollman
d’après un roman d’ 

Avec Mark Ivanir (le DRH), Noah Silver (le garçon), Julian Negulesco (le vice-consul), Guri Alfi (la « fouine »), Rozina Cambos (le consul), Bogdan Stanoevitch (l’ex-mari)…

Synopsis
Rien ne va plus pour le Directeur des Ressources Humaines de la plus grande boulangerie de Jérusalem : il s’est séparé de sa femme, sa fille le boude et il est empêtré dans un boulot qu’il déteste. Suite à la mort accidentelle d’une de ses employées, la boulangerie est accusée d’inhumanité et d’indifférence par un quotidien local. Le DRH est alors envoyé en mission pour redorer l’image de l’entreprise. C’est le début d’un périple qui l’entraîne des rues mystiques de Jérusalem à la glaciale Roumanie, à la recherche du village de Yulia, cette femme qu’il ne connaissait pas mais qu’il apprend petit à petit à admirer.A la tête d’un convoi chaotique, entre le fils de la défunte, en révolte contre tous, un exaspérant journaliste, une consule excentrique et un encombrant cercueil, le DRH retrouve son humanité et sa vraie capacité à s’occuper des ressources humaines .

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Démarrant dans les coulisses d’une pâtisserie industrielle, sise en Israël, nous voilà à mille lieux d’imaginer l’étrange voyage auquel ce film un peu baroque va nous convier. Parce qu’un DRH (directeur des ressources humaines, ne s’use que si l’on s’en sert !), oui je sais mais ce terme « ressources humaines » à un petit coté énergétique, suffit de remplacer l’élément qui commence à manquer de jus en quelque sorte ! Bref ce DRH donc ignore l’existence et encore plus le décès tragique d’une de ses employées, victimes innocentes d’un attentat parmi d’autres en Israël !
Que ce décès mette plusieurs jours à remonter jusqu’à l’entreprise, et ce uniquement par l’acharnement bienfaiteur d’un journaliste coriace, voila qui est de mauvaise presse.
Pressé par son big boss, en l’occurrence une patronne énergique de redorer l’image de la boulangerie dans cette triste affaire, voici notre DRH, mine fatigué, il est en plein divorce, ne profite de sa fille que modérément, son travail le barbe, on le devine autrefois parcourant le monde en classe bisness !
Le voici donc chargé de mission, organiser des funérailles dignes au frais de la société et convoyer le corps jusqu’en Roumanie son pays d’origine.

escorté du journaliste ayant levé l’affaire, commence alors un long et tumultueux voyage, d’Israél en Roumanie, en avion, en minibus, en char, l’ironie du propos, les personnages se greffant peu à peu à l’histoire, le consul (la) et son mari (son ancien chauffeur), l’ex-mari de l’ouvrière décédée, son fils jeune loup livré à lui-même, zonant dans les ruines indus’ d’une Roumanie exsangue .
Voici un voyage plus long que prévu, mais était-il bien utile ? Oui en tout cas pour ramener un homme sur le chemin de l’humanité, s’y retrouver lui-même avant de pouvoir à nouveau s’intéresser aux autres. Il plane sur ce film, notamment sur le long parcours Roumain comme un parfum de Kusturica, la démesure plus nuancée malgré tout. Rien ne se passe jamais tout à fait comme prévu, et ma foi voila qui est très bien comme cela !
Heureux qui comme le DRH a fait un long voyage croyais-je entendre une petite voix me chanter à l’oreille !

CritiKat.Com “…C’est également en préservant une part de leur mystère qu’Eran Riklis rend consistants ses personnages principaux, mais aussi ceux qui n’apparaissent que le temps d’une scène. Il nous en dit notamment peu sur leur passé. Qu’est-il arrivé pour que la famille du DRH vole en éclat ? D’où vient l’immense détresse que l’on sent chez l’ex-mari de la défunte ? Et chez son ex-amant ? Quelle enfance a vécue leur fils pour détester autant les autres ? Qui était cette Roumaine ? En laissant ces questions ouvertes, le cinéaste donne du poids à tous les êtres traversant son récit…”
Le Monde.Fr – “Le Voyage du directeur des ressources humaines” : la renaissance d’un égoïste

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s