Never let me go – De Mark Romanek

Never Let Me Go 
(Grande-Bretagne, États-Unis)
Réalisation de
Mark Romanek 
Scénario d’Alex Garland,

D’après le roman Never Let Me Go (Auprès de moi toujours) de Kazuo Ishiguro.

Interprétation : Carey Mulligan (Kathy), Andrew Garfield (Tommy), Keira Knightley (Ruth), Isobel Meikle-Small (Kathy enfant), Charlie Rowe (Tommy enfant), Ella Purnell (Ruth enfant), Charlotte Rampling (Miss Emily), Sally Hawkins (Miss Lucy)…

Synopsis

Trois amis, élevés dans un pensionnat à l’écart du monde, vont découvrir qu’ils sont en réalité des clones dont l’existence a pour unique objectif le don de leurs organes…
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Never let me go
Cela commence comme une simple mais profonde amitié entre un gamin Tommy (Andrew Garfield )que les piètres performances en sport comme en dessin mettent un peu à l’écart et une gamine Kathy( Carey Mulligan), touchée et déjà secrètement amoureuse. l’amitié progresse alors que les années passent, un professeur nouvellement arrivé, apprécié des élèves vendra la mèche et se verra aussitôt renvoyé, sans que le secret dévoilé n’affecte outre mesure l’intellect, le moral des pensionnaires. Comme s’ils savaient leur destin inéluctable, pire normal comme une chose coulant de source.
Ces enfants élevés ici dans l’enceinte stricte de l’immense pensionnat, sans contact avec aucune famille constituent un réservoir, un stock de pièces détachées pour futurs malades, ces gamins devenus ados puis jeunes adultes alimenteront le vivier où l’institution puisera le matériel nécessaire aux futurs dons d’organes selon un processus bien établi !
Alors que le destin, aidé il est vrai, voit Ruth (Keira Knightley) ravir son compagnon à une Kathy meurtrie,  nos trois amis cependant continuent le chemin qui est le leur. Passant de l’internat à la ferme, air pur et premier contact avec le monde extérieur. Au compte goutte presque, elle semble pourtant effarante cette résolution, cette résignation, cette acceptation qui est la leur. Seule une (légende ?) un couple véritablement amoureux échapperait aux dons multiples, obtiendrait du moins un sursis.
Tandis que le couple Ruth-Tommy espère en ce possible sursis, Kathy intègre les accompagnateurs, auxiliaires censés faciliter et préparer moralement chaque « élu » avant un nouveau, voir l’ultime don.
Viendra un jour l’heure des retrouvailles pour nos trois amis, l’heure d’une bien amère vérité aussi !

Ce film remarquable d’austérité, propice à créer le malaise sans avoir recours au moindre effet qui serait propre à l’anticipation-fiction s’appuie sur la destinée de ses trois héros, destin inéluctable , une vie bien courte pourtant  une certaine chaleur mêlée de mélancolie se dégage de l’ensemble, mourir jeunes mais non sans avoir gouté au suc de l’existence, privilège de la jeunesse, cela même qui sera refusé on l’imagine aux futurs receveurs, sans doute richissimes et..vieux !
Voilou, on abandonne Kathy et Tommy leur amour enfin consommé….aux portes de…mais là ce sera à vous de les pousser, j’en ai déjà trop dit !
Un film qui ne vous filera probablement pas une pêche d’enfer mais mérite largement d’être vu !

 CritiKat.Com “…Never Let Me Go peut ainsi être vu, au choix, comme une métaphore sur une génération sacrifiée sur l’autel du progrès ou un pamphlet sur les limites de la science et les questionnements éthiques qu’elle suscite, ou les deux à la fois. On peut aussi choisir de ne pas s’appesantir sur les messages un peu trop « Dossiers de l’écran » que le film inspire mais sur sa belle galerie de personnages. Leur jeunesse et leur beauté donnent à la morbidité de leur avenir une cruauté presque fascinante : cette aberration sociale (dépouiller les jeunes de leurs organes vitaux pour permettre aux mourants de vivre plus longtemps) donne au film une teinte presque militante, d’autant plus efficace qu’elle n’est jamais surlignée (aucune trace de discours politique ici), mais plutôt effacée derrière son scénario romanesque en diable…”
Le Monde.Fr – “Never Let Me Go” : un cauchemar anglais platement illustré

Advertisements

2 thoughts on “Never let me go – De Mark Romanek

  1. Oui il règne une drôle d'ambiance sur ce film , le sujet délicat sans doute…Notre malaise à tous aussi peut-être face à la mort, surtout une mort annoncée , programmée presque..mais je ne t'en dis pas plus…et puis la relation entre ces jeunes personnages, ces jeune acteurs impeccables mérite le coup d'œil..il me semble !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s