Retour ? Oui mais comment ?

Il me semble avoir tout oublié, comment insérer une image, un lien,  et j’en passe . Je continue de fréquenter les salles de cinoche, au minimum quatre à cinq fois par semaine, J’assiste avec plus ou moins de bonheur à quelques concerts et fouille les bacs des disquaires avec toujours un réel bonheur ! oui j’ai envie, voire plutôt besoin de sortir de ma coquille, réapprendre le langage, tout court mais aussi celui du web qui dorénavant m’échappe totalement. commencer par me trouver un nouveau nom de domaine, etc….

réunir des contacts pouvant m’apporter l’aide nécessaire , Bref tout un programme

Logo Irreductibles

Oui Irréductibles ce nom me colle encore et toujours, vous feriez quoi vous ?

Un changement total et radical, un dérivé ?       J’attends vos idées

Kiluc un des Irréductibles

This is The End !

Pour mettre les choses au clair, et éviter ainsi l’avalanche de points d’exclamations, interrogations et j’en passe, oui le blog ferme définitivement ses portes. J’imagine comme doit être grande votre détresse, comme à l’annonce de la  mise en quarantaine de votre bar préféré, de votre cinoche de quartier avalé par un horrible multiplex , de la mise en quarantaine des concombres (masqués ou pas ) votre légume favori !
Oui Il me devenait de plus en plus difficile de pondre quelques lignes cohérentes, les films parfois trop nombreux pour que je me décide à un choix, la plume qui crissait sur le papier accouchant ainsi d’un post sans saveur bien souvent !
Il fallait que cela cesse, que cela change ! Et pourtant commencer comme un simple jeu , je me suis vite pris d’affection pour les réalisateurs, les auteurs, les interprètes et surtout ces histoires. Je pourrais vous dire que demain je m’envole pour les steppes de Mongolie, l’Europe centrale, l’Amérique du sud , là et ailleurs partout à la rencontre de personnages divers mais toujours riches et succulents…
Oui c’est cela que j’ai vécu et parfois réussi à partager sur ce modeste blog !
Je n’oublierai pas non plus  EcKmuhL sans qui je n’aurais jamais fait mes débuts sur la toile !
Les archives du blog restent en place mais ne sont pas à vendre..lol..non à l’internet marchand..s’il n’est pas déjà trop tard !
Bon sinon comme dirait Moustic
BATAILLEZ”
Peut-être me croiserez-vous lors d’une sortie de salle , qu’elle soit de concert ou de cinoche en tout cas je ne louperais pour rien au monde “Pater” De Alain Cavalier
Irène m’avait dévasté
La vie, c’est comme une bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l’équilibre.
[ Albert Einstein ]
P.S : tu peux aussi la mettre sur sa béquille, So I do It

Mercredi 4 Mai – Je maudirai…

…les 36 cms de ma minuscule T.V, ce qui ne m’empêchera pas  le nez collé à l’écran de replonger dans l’univers si particulier de ” L’homme de Londres”  de Bela Tarr…
Une expérience et un premier contact avec un auteur qui m’avait laissé chancelant ! La magie résistera-elle à l’étroitesse de mon minuscule écran ? à suivre !

 

Mercredi 4 mai 2011 – Arte 23H10

L’homme de Londres

De Bela Tarr &  Agnes Hranitzky

Les Irreductibles – Septembre 2008 ” L’homme de Londres”

Robert Mitchum est mort – De Olivier Babinet & Fred Kihn

Robert Mitchum est mort
(France, Belgique, 2010)
Réalisation et scénario de
Olivier Babinet & Fred Kihn

Interprétation : Olivier Gourmet (Arsène), Pablo Nicomedes (Franky), Bakary Sangare (Douglas), Danuta Stenka (Katia), André Wilms (le Texan / Ströller)…

Présenté au 63e Festival de Cannes dans la Sélection Acid (Association du cinéma indépendant pour sa diffusion).
Raindance London – Best first films
Mar del Plata – Panorama Sense of Humor
Festival international du film de Dieppe – Prix d’interprétation / Prix de l’insolite
L’étrange Festival – Sélection officielle
Premiers Plans d’Angers – Grand Prix du Jury

Synopsis
Franky est un acteur de seconde zone en pleine dépression. Arsène, son manager, croit en son potentiel de star, et l’embarque sur les routes d’une Europe improbable, à la recherche d’un cinéaste mythique, direction le cercle polaire. Une odyssée « mélancomique » entre vitamines et somnifères, rock’n roll et femmes fatales.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Robert Mitchum est mort
Y a Arsène (Olivier Gourmet) parfait dans son costume trois pièces, style années 70, un rien démodé mais l’est-il vraiment ? Y a son poulain, Franky (Pablo Nicomedes) grande silhouette à l’allure picaresque ou plutôt pittoresque, Franky la tignasse longue et grasse, une figure mémorable. Franky ne dort pas, sinon à grand renfort de somnifères, Franky rêvasse face à une photo d’une hypothétique fiancée tout en jouant sur un électrophone les répliques de « Fatal Angel » ! Est-il réellement fiancé, voir marié, Fatal Angel  est elle une tragédie classique, sorte de film noir !

Les réalisateurs nous baladent et tant pis et tant mieux si la réalité n’est qu’une faux semblant ! Comme ce festival, ce but qu’il va leur falloir atteindre, objectif rencontrer le metteur en scène qui offrira, qui reconnaitra en Franky le génie méconnu, de cela Arsène en est convaincu. Pour gagner ce réalisateur mythique il faut se mettre route, porter au clou une guitare sacrée, solliciter la famille et retrouver le temps de quelques accords un garage band, groupe de psychobilly  (mélange de rock sixty et de punk à bretelles, genre redoutable, I like It !) . L’occasion d’hériter d’un passager d’abord clandestin ( un musicien céleste à la banane flamboyante)…
Commence alors un trip parfois cocasse vers le pole, trouver ce réalisateur mythique, alors que dans une mallette surement bouclée Arsène transporte..Mais quoi donc ? Vous le découvrirez de par vous-même !
Ce film fait de rencontres, à l’image magnifiquement soignée, on pense bien sur à Kaurismaki, le grand nord peut-être, on évoque Lynch pour l’atmosphère et parfois l’improbable, on entrevoit Jim Jarmush, la faute peut-être au personnage de Douglas (Bakary Sangare), le clandestin , le space mélomane, le philosophe peu dissert, on le verrait bien commander deux petits expresso à une terrasse de café(perso je ne les commande plus que comme cela, même si cela n’amuse que moi! ! La faute ou plutôt la grâce, car tous ces clins d’œil sont discrets, à peine entrevues comme aussitôt démentis, seule l’histoire, les rencontres prédominent, de la belle italienne dans sa belle américaine, mais était elle italienne et la voiture us, ce film regorge de tant de détails, souvent cocasses, il y puise au fil des rencontres sa particularité,, à nous de profiter du voyage et de ses péripéties.
Oui j’ai l’impression d’avoir fait un drôle de rêve, exaltant et excitant, qui me laisse comme un gout de revenez-y !
Chaudement recommandé, ne serait que pour ces trois acteurs, mais vous allez voir du pays et faire de bien étranges rencontres !

CritiKat;Com “…Quel plaisir de voir un film qui ne ressemble à aucun autre ! ……Entre road trip déluré et quête philosophique ludique, le film constelle le cinéma français de nouvelles étoiles hallucinées. Car, si Robert Mitchum est mort, Olivier Babinet et Fred Kihn ne le sont définitivement pas….”
Le Monde.Fr – “Robert Mitchum est mort” : sur la route, direction le cercle polaire
Libération.Fr “…Trip «mélancomique» en direction du Grand Nord au programme de «Robert Mitchum est mort»….”

Ivre de Zique et de décibels (belles, belles, belles comme le jour !)

Grand Mix
 Festival 
Les Femmes s’en mêlent

Mon coup de cœur de la soirée ANIKA, Une présence stupéfiante car sans artifices !

Quelques jours plus tard  un interlude folk avec James Vincent Mc Morrow, c’est balèze mais je ne suis décidément par trop branché par ce style de zique, énorme malgré tout, le personnage assure !

Deux nuits trop courtes et  

passent en revue  les titres accrocheurs de leurs précédents album et ceux de leur dernière création, le style subsiste, la qualité et le son évoluent dans le meilleur des sens, dommage que ce  oit un concert d’après-midi (18 h00) pas l’idéal pour déplacer les foules et faire bouger les jambes ! Le groupe donne cependant tout ce qu’il a !

Changement de lieu, La Boite à Musique, mini salle, pour son énorme ! elle accueille ce soir ” The  Lords of Altamont ”  concert 150% rock’n’roll et une salle chauffée à blanc, deux rappels…comme pour dire merci..à eux…à nous !

Et puis jeudi
Aéronef Lille

 Bien sur la belle affiche est pour Paname,
Pô grave, nous on a eu le bon son…lol

 le lieu divisé en deux, une formule club et la grande scène, soit juste le temps de passer d’une scène à l’autre, pour se faire les six groupes programmés ce soir là, plus de cinq heures de concerts, avec comme points d’orgues mais là c’est selon tout un chacun, “The legendary Tigerman” seul ou pour des duos en charmante compagnie, une de mes révélations, The Bellrays” oui on ne les présente plus, incandescant ce soir là,  et “The Jim Jones Revue” en ce qui me concerne…voilà une superbe affiche et un programme qui vous laisse exsangue et knock-out….allez demain je me repose…et dimanche…. ho vous le savez..je n’aime pas les Sunday pourtant celui-là je vais le passer avec le groupe Deerhunter…vous voyez cela continue …
Kilucru, ivre de musique..et de fatigue..lol